Objectifs

La démarche «ZIZA-demain» vise à fournir aux collectivités publics des outils d’aide à la décision pour mieux concilier la densification des espaces urbains avec le maintien d'entreprises secondaires et artisanales.

files/images/objectifs-640.png

Contexte

La population du canton de Vaud et du district de Morges a doublé depuis 1950. La croissance démographique s'est accompagnée d'un étalement des espaces urbains vers la périphérie. Dans la région morgienne, les zones industrielles, jadis isolées des centres bourgs, se retrouvent progressivement encerclées par l'urbanisation.

La région morgienne connaît actuellement une pression foncière forte, liées à plusieurs facteurs. D'abord, la région morgienne continue de jouir d'une certaine attractivité pour les habitants et les entreprises, liée à la prospérité économique de la région lémanique. Puis, la nouvelle loi fédérale sur l'aménagement du territoire (LAT), en vigueur depuis le 1er mai 2014, encadre plus durement les possibilités de construction, demandant en priorité l'utilisation et la densification des espaces disponibles à l'intérieur des villes. Enfin, le projet d'agglomération Lausanne-Morges (PALM) fixe des objectifs de densité élevés en habitants-emplois dans des secteurs stratégiques qui englobent les zones industrielles.

Sans mesures appropriées, la densification des espaces urbains et la pression foncière actuelles risquent de conduire à terme à une délocalisation d'entreprises, des pertes en emploi et un appauvrissement du tissu économique régional. En effet, les zones industrielles accueillent des entreprises industrielles dont les nuisances provoquées (en termes de bruit, d'odeur, de génération de trafic poids-lourds...) sont difficilement compatibles avec la proximité de secteurs résidentiels. Pour d'autres entreprises peu dérangeantes, le manque d'espace limite leurs possibilités d'extension, et peut les contraindre à délocaliser.

Objectifs

L'objectif général de la démarche ZIZA-Demain est de concilier le respect des exigences fédérales de densification des villes et les objectifs du projet d'agglomération Lausanne-Morges avec le maintien des entreprises en milieu urbain. Le but est de fournir aux collectivités publiques communales et régionales des outils d'aide à la décision afin de les aider à mieux intégrer leurs zones industrielles et leurs entreprises dans un tissu urbain appelé à se densifier. Ces outils d'aide à la décision prennent la forme d'un guide d'aménagement pour les zones d'activités en milieu urbain. Ce guide de mise en œuvre devrait comprendre des orientations et des recommandations dont les décideurs publics pourront s'inspirer. Le projet étant également un projet modèle soutenu par la Confédération pour la période 2014-2018, la démarche ZIZA-Demain sera valorisée à l'échelle nationale pour être réutilisable dans d'autres régions de Suisse où la question de l'intégration urbaine des zones d'activités se pose.

Pour atteindre cet objectif, la démarche ZIZA-Demain tente d'adopter une approche globale de l'intégration urbaine des zones industrielles. Différents enjeux sont considérés, dont voici une liste non-exhaustive:
  • Maintenir les activités industrielles et artisanales dans la région.
  • Maintenir les activités industrielles et artisanales dans des secteurs voués à se densifier, notamment avec du logement.
  • Intégrer les zones industrielles dans une vision urbaine alliant densité et qualité. Ceci nécessite une réflexion sur l'intégration architecturale et paysagère des zones industrielles.
  • Fournir des espaces publics de qualité et permettre une circulation facilitée des cyclistes et des piétons pour augmenter la qualité de vie des zones industrielles.
  • Intégrer les restrictions fédérales liées à la protection contre le bruit (OPB), au rayonnement non-ionisant (ORNI) et aux accidents majeurs (OPAM) auxquelles sont soumises certaines zones industrielles.
  • Identifier et créer des synergies entre activités économiques, infrastructures et habitat.
  • S'assurer de la compatibilité des intentions de planification des différentes collectivités publiques avec les entreprises implantées au niveau local.
  • Si possible limiter, sinon accompagner la délocalisation d’activités industrielles et artisanales, de préférence dans le district.